Subscribe Us


Manager des employés plus âgés que soi


 

Si vous vous retrouvez en situation de diriger des gens plus expérimentés et plus âgés que vous, voici quelques conseils pour créer l’harmonie et la cohésion nécessaires à l’efficacité collective.


1. Ecoutez, valorisez les seniors
Le pire qui puisse arriver à un vieil employé qui doit se soumettre à l’autorité d’un directeur moins âgé que lui, c’est de se sentir dévalorisé, négligé et bafoué. Celui qui a accumulé plusieurs années d’expériences a toujours quelque chose d’unique à apporter à l’environnement dans lequel il vit quelle que soit sa qualification. Les jeunes managers confondent trop souvent exercice de l’autorité et respect des employés. Les personnes âgées ne contestent pas toujours l’autorité de leur jeune chef d’équipe, mais ils s’attendent à être considérés, respectés et valorisés. Un bon manager c’est celui qui sait mettre la personne qu’il faut à la place qu’il faut. Dans un contexte purement africain, la seule incarnation de l’autorité et du pouvoir suffit à vous faire mériter respect et vénération. Mais ce mérite se vide rapidement de son sens lorsque vous cherchez à écraser les autres et surtout ceux qui traditionnellement parlant sont l’incarnation de l’autorité et du respect : les vieux.

Si vous avez un planton plus âgé que vous, demandez-lui souvent conseil sur tout ce qui est culturel, traditionnel. Quand il s’agira d’acheter un terrain, d’installer une tente traditionnelle, de bricoler, d’entreposer, faites-lui appel. Dites-lui « Tu t’y connais en ces choses-là mieux que moi » ; « En général, c’est toi qui nous aides à gérer ces situations ». Vous lui donnez ici l’occasion de jouir d’un leadership situationnel et c’est en cela que se concrétise la valorisation en question. Dans votre équipe, les plus âgés voudront apporter la substance de leur sagesse à vos prises de décision. Ecoutez-les et montrez-leur vraiment que vous tenez et que vous tiendrez effectivement compte de leurs contributions. En public, affirmez cette écoute : « Je crois que la remarque du vieux Tossa est très pertinente. Nous ne devons effectivement pas perdre de vue le recours à la prudence quant à nos ambitions. Travaillons donc à voir ce que nous ferons au cas où le scénario pessimiste se produirait ».
 
 
2. Laissez vos valeurs diriger
Je vis l’expérience d’avoir à diriger des gens plus âgés que moi. En général, ils veulent toujours vous démontrer la sagesse et la pertinence de leurs solutions :   « En tout cas c’est que moi, j’ai toujours vu les gens faire. Mais vous pouvez faire ce que vous voulez. On verra bien ». Voilà l’indifférence qu’ils en viennent souvent à manifester à la limite de la malédiction. Quand je me retrouve dans une situation pareille, j’acquiesce et j’encaisse. Parfois je me sens désarmé, incapable d’argumenter. Mais notre entreprise a l’unique opportunité d’avoir des valeurs qui régissent son fonctionnement et qui sont à la base de nos prises de décisions. Nous les avons travaillées à plusieurs reprises. Nous les revisitons à chaque fois pour nous assurer qu’elles font et continueront de faire l’unanimité mais surtout qu’elles nous permettront de réaliser notre vision.

Le problème avec les employés expérimentés, c’est qu’ils sont convaincus d’être plus connaisseurs du fait de leurs expériences. Il ne sert absolument à rien d’argumenter. Vous manquerez d’arguments devant les milliers d’exemples qu’ils vous citeront. Ne dites surtout pas « Malgré de tout ce que vous pouvez dire, je ne changerai pas de position ». Dites plutôt « Que dit notre valeur N° 1, 2, 3 ou 4 ? ». J’ai tellement répété cette phrase à l’un de mes collègues plus âgés que moi au point où il a fini par coller les quatre valeurs de notre entreprise dans son bureau. Depuis lors, il ne conteste plus mes décisions surtout lorsqu’elles sont en phase avec nos valeurs.


3.Imposez-vous par l’excellence de vos méthodes.
Celui qui fait bien s’impose très facilement. Il devient le génie qu’on adule. Lorsque vos méthodes marchent souvent et que vos performances sont impressionnantes, les employés âgés ont plutôt une certaine fierté à travailler avec vous. Et si vous les écoutez, les valorisez, ils peuvent prétendre être contributeur de vos résultats, ils se retrouvent plus facilement dans vos méthodes mêmes si elles leur sont tout à fait étrangères.

Vous devez vous imposer par votre excellence et vos performances et non votre position. Votre capacité à travailler et à vous investir dans la réalisation des objectifs de l’entreprise doit leur montrer que vous assumez pleinement vos responsabilités. Il faut être suffisamment responsable pour mériter respect et légitimité. Si les gens en viennent à contester vos choix, esquivez rapidement et laissez les résultats leur prouver le contraire. Si les gens en viennent à refuser vos propositions, donnez-leur l’occasion de vivre les conséquences de leur choix. Ceux qui expérimentent les contre-performances de leurs choix vous donnent toujours par la suite le droit de leur imposer vos choix. C’est ainsi que vous gagnez en influence.
 
 
4. Pas vous, que les résultats tranchent !
Vous avez peu d’intérêt à vouloir vous imposer d’office au nom de votre position. Vous devez créer un processus qui vous fasse progressivement gagner en légitimité et en influence. Ce processus passe par l’excellence de vos résultats sur pratiquement tous les plans. Il ne s’agit pas des résultats produits directement par vous-même, mais ceux émanant de la stratégie que vous avez définie et que les autres implémentent efficacement.

Pas vous, que les résultats tranchent. C’est alors que vous arracherez les gens aux discussions et disputes inutiles. Vous leur rappellerez alors à chaque fois que ce qui compte, ce n’est ni vous ni qui que ce soit, mais plutôt les résultats. C’est les résultats qui comptent. C’est alors qu’ils oublieront rapidement votre âge et votre fougue. C’est alors que vous concentrerez tous sur les méthodes et les comportements pouvant effectivement conduire au résultat et non sur votre personne et votre âge.
 
 
5. Faites oublier votre âge
Ne faites rien par vous. Que tous vos choix, vos décisions ne passent que par les valeurs sur lesquelles vous vous êtes mis d’accord. Que la considération que vous avez pour les seniors leur fasse dire que vous n’êtes pas « comme ces jeunes-là ». C’est à partir de cet instant qu’ils vont commencer par oublier votre âge. Que votre patience et votre modestie inspirent la sagesse. Que vos réactions et votre comportement rappellent la tempérance des sages. Que vos résultats confondent les indécis et les oiseaux de mauvaise augure. Que la particularité de vos choix et l’originalité de vos méthodes et  idées leur fassent oublier les vieux responsables qu’ils ont connus. C’est alors qu’ils vont progressivement et définitivement détourner leur attention de votre âge. Et quand vous serez en train d’avouer que vous êtes encore assez jeune et que vous avez beaucoup à apprendre d’eux, c’est de leur bouche que vous entendrez qu’ « Aux âmes bien nées, la valeur n’attend point le nombre de années ».
 
Ne faites pas perdre de vue votre valeur à cause l’autocratie de vos méthodes. Utilisez la patience et la subtilité, l’écoute et la valorisation des autres, l’excellence et le sens de la responsabilité pour forger le caractère nécessaire pour gérer les personnes plus âgées que vous. Donnez de la sagesse et de la pertinence à vos méthodes et ils oublieront votre âge. Concentrez-vous sur votre personne et ils vous traiteront de « petit ».

Enregistrer un commentaire

0 Commentaires